A propos

Ney waongo! Bienvenue sur mon blog Chroniques en danse!

FrancoisDepuis quelques années, je me suis découvert une certaine passion pour l’écriture. C’est arrivé comme ça, de façon banale je dirais. Alors que je suivais une pièce de théâtre, Je t’appelle de Paris de Moussa Sanou, il m’est venu l’idée d’écrire un court texte pour dire ce que j’en pensais. La pièce m’avait énormément plu ! J’ai ensuite publié l’article sur ma page Facebook. Puis, j’ai écrit d’autres textes, sur des pièces de théâtre et des concerts de musique, que j’ai aussi publiés sur ma page Facebook.

Le temps a passé jusqu’au jour où je vois passer un appel à contributions sur Art + Mobilité. Je me saisis tout de suite du thème et me lance dans le questionnement de la mobilité des artistes africains. L’article ayant été accepté, dans ses versions anglaise et française, cela m’a encouragé à poursuivre cette aventure. D’où la publication de deux autres articles dans le magazine des cultures africaines, Africultures.

Aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’il me faut un espace personnel, plus ouvert, pour dire les choses à ma façon. Et Mondoblog m’offre cette possibilité. Faire danser les mots sur les thématiques qui m’intéressent, en l’occurence la dimension culturelle du développement, la diversité culturelle, le multilinguisme et la Francophonie, telle est la vocation première de cette plateforme. Plus spécifiquement, la danse reste mon domaine de prédilection, pour y avoir travaillé pendant environ six ans et parce qu’aussi je vais continuer à côtoyer ce milieu, après un passage d’un an au sein de la Représentation permanente de l’OIF auprès des Nations Unies à New York.

C’est de là que vient le titre de mon blog: Chroniques en danse. Cette ambiguité qui caractérise cette appelation est faite à dessein. Il s’agit, comme je l’ai dit plus haut, de faire danser les mots, mais aussi d’écrire sur la danse.

Ecrire me permet de me libérer. C’est une force cathartique qui me permet d’apprécier les choses, bonnes ou mauvaises,  et de les raconter avec beauté et clarté.

Bonne lecture!

François